• Stéphanie Chaumont

Comment Instagram joue avec la réalité des images

Mis à jour : févr. 29


Instagram, plateforme sociale de partage de photos qui compte plus d’un milliard d’utilisateurs mensuels est la plateforme privilégiée des backpackers du monde entier, et des amoureux de belles images.


Mais derrière ces photographies carrées souvent mises en scène et retouchées pour en faire de jolies compositions esthétiques, se cachent une réalité moins reluisante qui ne fait pas vraiment rêver.


La prise de risque pour un selfie


En effet, certains n’hésitent pas à se mettre en danger pour gagner des « followers » et obtenir un post viral. On compte ainsi plus de 250 décès dus à la prise de selfies entre 2011 et 2017 pour un âge moyen de 23 ans. La chute, la noyade et les accidents de train, sont les causes les plus fréquentes de décès liés à ces prises de vues « mortelles », certaines personnes prenant la pose sur les rails à l’approche d’un train, ou jouant les cascadeurs aux bords de précipices…


© Pixels.com


Un comportement peu respectueux de l’environnement


Certains lieux sont abîmés par les photographes qui affluent en masse pour prendre leur cliché. À l’instar des collines du Walker Canyon en Californie où les pluies ont fait pousser une multitude de coquelicots en mars 2019. Pour prendre la photo parfaitement « instagrammable » certains n’ont pas hésité à s’allonger dans les fleurs, les écrasant au passage et agaçant la population locale.

Photo : Maro Siranosian / AFP


À Fuerteventura, aux Canaries, une plage est prise d’assaut par les amateurs de photos insolites qui viennent prendre des images de morceaux de coraux blancs échoués et érodés qui ressemblent à du pop-corn. Certains repartent avec une poignée de corail dans les poches, menaçant ainsi la biodiversité du site qui aurait perdu 120 kg de coraux en 2018 selon les autorités du site.


© @finallylosttravelling (instagram)


Des images retouchées et truquées


Sur Instagram, les photos sont bien souvent retouchées, les couleurs sont modifiées par des filtres, embellissant la réalité. Si certaines sont également « Photoshopées » (touristes effacés, ajout d’oiseaux…), d’autres sont carrément truquées comme ces photos du temple de Pura Lempuyang, à Bali, faisant croire à un lac ou une étendue d’eau, qui est, en réalité, une illusion d’optique créée en plaçant un miroir sous un smartphone. Mes clients ont découverte cette astuce grâce au gardien du temple qui prenait leur photo !



© Amélie, cliente Salmon Voyages




La face cachée des clichés idylliques


En Norvège, les photos réalisées sur le site de la « Trolltunga » ou langue du troll mettent en scène des randonneurs isolés du monde, assis sur une falaise proéminente qui surplombe les montagnes et les fjords. Mais en été, la réalité est tout autre : après une randonnée exigeante pour atteindre le sommet, il faut faire la queue et patienter des heures pour avoir accès à la falaise, si bien que certains n’ont pas le temps de redescendre avant la tombée de la nuit et doivent faire appel aux secours.



© @dnes_cestujem (instagram)


Quand le tourisme de masse menace une espèce d’extinction


En septembre 2015 sur la plage Ostional, au Costa Rica, les tortues de mer olivâtre ont été perturbées au moment de leur ponte qui a lieu chaque année. La sècheresse causée par El Niño, a permis aux touristes et aux curieux de se rendre sur ces plages, dont l’accès est habituellement condamné à cause des crues de la rivière à la saison des pluies. Les touristes ont littéralement bloqué l’avancée des tortues, parfois en posant des enfants sur leur dos, certains en profitant pour voler des œufs. Beaucoup des tortues, apeurées, ont fait demi-tour. Un «vrai désastre», selon un guide local cité par le New York Times. «La chance pour les tortues de mer d’éviter l’extinction détruite par un selfie», titre le Daily Mail. Les autorités locales, quant à elles, ont lancé une enquête en promettant que ce phénomène ne se reproduirait plus.

© Sindicato de Trabajadores de MINAE


Que dire de cette vidéo virale sur les réseaux sociaux de ce tigre en Thaïlande, enchaîné et frappé sur le museau afin que des touristes puissent prendre leur photo assis sur son dos pendant qu’il rugit. Cette histoire rappelle celle du « temple aux tigres » dans la province de Kanchanaburi, qui avait fini par fermer en 2016 car il n'avait pas les autorisations nécessaires pour détenir ces animaux.

© Facebook Edwin Wiek


Des clichés irrespectueux à Auschwitz


Le camp de concentration d’Auschwitz n’échappe malheureusement pas à cette « mode ». Des visiteurs postent régulièrement des photos d’eux-mêmes en équilibre sur les rails. Sur Twitter les responsables du site ont publié un rappel à l’ordre de circonstance : « Lorsque vous venez au musée d’Auschwitz, rappelez-vous que vous vous trouvez sur un site où plus d’un million de personnes ont été tuées. Respectez leur mémoire. Si vous voulez apprendre à marcher sur une poutre, il y a de meilleurs endroits que le lieu qui symbolise la déportation et la mort de centaines de milliers de personnes. »


© @AuschwitzMuseum (compte Twitter)


Si les consciences changent et des voix s’élèvent pour dénoncer ce genre de pratique et les dérives liées à ces images sur les réseaux sociaux, il serait peut-être temps pour Instagram d’instaurer un « code de bonnes conduites » et sanctionner les utilisateurs qui ne le respecte pas. Car si ces images mettent en péril les utilisateurs dans certaines circonstances, elles participent également à la dégradation des paysages par leur impact négatif sur la faune et la flore que ces derniers photographient.



Pour gagner du temps et partir au vrai prix, confiez-moi vos recherches voyages.

Recevez gratuitement votre devis personnalisé


claire@salmonvoyages.com

0698883833

www.salmonvoyages.com



Claire MATILLON - 06 98 88 38 33 - Claire@salmonvoyages.com

  • Facebook Social Icon
  • Instagram
  • Pinterest
  • LinkedIn Social Icône
  • Youtube

Entreprise Labellisée:

SALMON VOYAGES ENGLISH